Qu’est-ce qu’une infodémie ?

Un monde saturé d’info…

Le terme infodémie a profité de la pandémie de COVID-19 pour se propager. Qu’est-ce qu’une infodémie ? D’où vient ce terme ? De quand date-t-il ? Quels sont les rapports entre infodémie et infox ?

L’infodémie, maladie de l’info

Infodémie est un des néologismes frais éclos en cette période de pandémie. Il s’agit d’un mot-valise formé à partir des mots information et épidémie (ou pandémie). À défaut d’entrée dans le dictionnaire, la seule définition officielle disponible est celle que fournit IATE, la base terminologique de l’UE. Elle s’énonce comme suit : « déluge d’informations, dont bon nombre se révèlent fausses voire malveillantes ». Une infodémie est en somme une épidémie (ou une pandémie) d’infos fortement mêlées d’infox, mais elle n’est pas nécessairement liée à une crise sanitaire.

Comme tout néologisme ne figurant pas encore dans le dictionnaire, ce mot s’écrit (en principe) en italique. La plupart des médias écrits l’emploient pourtant entre guillemets (voire en italique et entre guillemets), bien que ces derniers ne soient pas interchangeables avec l’italique. Signe qu’il s’acclimate bien, on commence même à voir infodémie écrit en romain (c.-à-d. en « normal »).

« Mais nous ne combattons pas seulement une épidémie ; nous luttons aussi contre une infodémie. »

(Discours du directeur général de l’OMS lors de la Conférence sur la sécurité organisée à Munich le 15 février 2020)

Infodémie est-il un anglicisme ?

Ce néologisme se propage dans un contexte international où il est repris par des institutions communiquant en plusieurs langues (ONU, OMS…). Aussi peut-on légitimement se demander si infodémie est un anglicisme. La réponse est oui. Il s’agit en effet de la traduction d’infodemic, mot forgé par le journaliste et politologue David Rothkopf. La première occurrence de ce néologisme apparu lors de l’épidémie de SRAS a été relevée dans le Washington Post du 11 mai 2003 (l’article complet – en anglais – est disponible ici).

Il est clair que ce terme peut s’avérer pertinent en dehors des épidémies et des pandémies. C’est toutefois en février 2020, après la publication du rapport de situation de l’OMS du 2 février (en anglais), qu’infodemic connaît un net regain d’intérêt.

Certains dictionnaires anglophones ont déjà accueilli ce mot et en donnent une définition légèrement plus complète que celle d’IATE. Selon eux, l’infodémie est considérée comme préjudiciable à la résolution du problème concerné ou comme facteur d’anxiété et de spéculation.

Plusieurs médias francophones – Arte, France Culture, La Croix, Le Monde, Le Soir, etc. – ont consacré des articles ou des émissions au phénomène, surtout depuis l’alerte de l’OMS du 15 février 2020. La notion et le terme ont notamment fait l’objet d’un très intéressant article de l’anthropologue Alice Desclaux publié sur le site web du Point. Naturellement, infodémie a « décollé » dans les recherches sur Internet depuis le début du confinement en France (mars 2020).

Conclusion

Devenu viral, infodemic a contaminé de nombreuses langues depuis le début de la pandémie de COVID-19. Comme toujours, seul l’usage décidera du sort du terme infodémie. La pandémie de COVID-19 aura offert un terrain favorable à l’expansion de ce néologisme. Peut-être ce coup de pouce lui permettra-t-il d’entrer bientôt dans les dictionnaires de langue française. En attendant, il est conseillé de lutter contre l’infodémie en adoptant des gestes barrières numériques.

admin8600

Musicienne et traductrice de formation, amoureuse des mots depuis toujours, je suis venue à la rédaction et à l'écriture par le biais de la traduction.

Laisser un commentaire

Fermer le menu